exposé Russie (3ème partie + intro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

exposé Russie (3ème partie + intro)

Message  Nolwenn le Sam 29 Jan - 15:18

voilà une partie de l'exposé sur la Russie du XV et XVIème s (ps: dsl pour les "petites" fautes qui s'y trouveront sûrement)
Bon courage pour la DERNIERE Wink colle d'Histoire!

introduction de l'exposé

La Moscovie, à la périphérie orientale de l’Europe, n’a pas bénéficié d’une position géographique favorable aux contacts avec le reste de l’Europe, en pleine mutation intellectuelle e t artistique pendant la Renaissance. Néanmoins, si cet aspect n’est pas à négliger, d’autres facteurs expliquent la mise à l’écart de cette région. Depuis le XIIIème siècle et les invasions mongols, les relations avec l’Occident ont diminuées jusqu’à devenir presque inexistantes. Un repli sur soi que Fernand Braudel va jusqu’à qualifier de « refus culturel ».
Ainsi, il est à se demander quelle est la position de la Russie du XVème et XVIème siècle face à la promotion dans le reste de l’Europe de courants de pensée novateurs, d’arts et d’une manière de vivre nouveaux.
Nous étudierons en premier lieu le fait que l’Etat Moscovite se veut être « la Troisième Rome », puis nous verrons dans quelle mesure on parle souvent de « mutisme intellectuel » pour la Russie du XV et XVIème siècle, enfin nous nous intéresserons au règne d’Ivan IV, sous lequel l’Etat moscovite oscille entre pratique tyrannique et absolu du pouvoir et curiosité timide mais bien cpdt réelle pour la Renaissance européenne.



III) Ivan le Terrible: une schizophrénie à l’échelle d’un empire, entre terreur et essor


a- 1547-1584, le règne de la terreur et les réformes politiques
il incarne à la fois un tyran sanguinaire que craint tte la population mais il est aussi le garant de la grandeur de l’Etat moscovite. Depuis son enfance, il souffre d’une extrême nervosité, d’une méfiance maladive. Cette nature anxieuse va véritablement déterminer la façon dont il va régner. Il est à remarquer cependant que l’adjectif terrible a le sens d’ »impérieux » en fçais, de « tt puissant ». Il se dit descendant de l’empereur romain Auguste et énonce « hormis nous et le sultan de Turquie aucun état n’a de souverain dt la famille règne ss discontinuer dLa période de règne d’Ivan IV se fonde sur un modèle autocratique, il détient le pvr divin.
Cette tte puissante va se traduire par le renforcement de la centralisation du pvr. epuis 200 ans ». Cette lignée dt se réclame Ivan IV va légitimer au près du peuple son pvr princier.Dès 1549, Ivan IV mène ses premières réformes qui consistent en un remaniement des méthodes de gvt (ce que l’on appellera le règne de la terreur) et des fondements mêmes de l’Etat (comme exproprier la terre) sur les conseils de Peresvetov, un ho d’Etat russe. Ivan Iv ouvre als une « ère nouvelle » ds laquelle le tsar tient ds ses mains le pvr absolu de Dieu, et d’une même manière, le destin du peuple.
Les réformes portent ds un premier temps sur la politique intérieure. Un concile réuni en 1551 va permettre la publication de l’ouvrage Les 100 chapitres (Stoglov). Cet ouvrage est une source importante dans le cadre des réformes que mène Ivan. Il témoigne de sa volonté d’instaurer une uniformité de l’ordre juridique, commun à ttes les couches sociales. Néanmoins, on se doit de remarquer que ces 100 chapitres porteurs des nouvelles lois, ont un caractère de compromis. En effet, beaucoup de réformes écrites n’aboutissent pas
- accélération de la mise en place de prikazes (embryons de ministères),les fonctions bureaucratiques tendent à s’élargir als que le pvr des namiestnicks est restreint (fonctionnaire) ds le cadre comme ns l’avons dit d’un processus de centralisation du pvr.
- la situation des paysans cpdt reste inchangée (poss de quitter un proprio pdt 2 smaines à la fin de l’automne).
- on procède également à un inventaire des terres
- imp. Question des possessions domaniales de l’Eglise: désormais, la loi interdit à l’Eglise d’acquérir de nouvelles terres sans en informer au préalable les autorités laïques. Elle perd également les barkhanes, des chartes qui l’exonéraient d’impôts depuis le temps des Tatars.
Ttes ces nouvelles mesures visent à renforcer le pvr central ds le but de prouver que le pvr réside plus que jamais auparavant ds les mains d’un seul ho, celui qui pour la 1ère fois se fera couronner tsar de Russie. Cette volonté de ré administration et d’unification de l’Etat moscovite se fait dc grâce à un processus de centralisation par le biais d’une autogestion locale. A la suite de plaintes de la population, de pillages, mais aussi et c’Est-ce que Ivan Iv retiendra tt particulièrement, des privilèges des boïars, le tsar a pr objectif premier de rétablir l’ordre ds l’appareil autocratique de l’Etat.
-Ivan IV mène également une réforme militaire, parmi les plus importantes de son règne: en 1550, il fait rassembler 1000 hommes de service (enfants de boïars et de nobles pour former un régiment moscovite- bcp de cavaliers-)

Mais les réformes menées par le tsar traitent également de la politique extérieure de l’Etat moscovite.
- on favorise un élargissement des frontières, ce qui représente dc un avantage économique considérable et ouvre de nouvelles voies commerciales, permet l’accès à des terres plus fertiles également.
- politique belliqueuse d’Ivan IV: mènent guerres contre la Livonie, la Lituanie, campagne ds la Volga musulmane. Ces conflits vont favoriser la reconnaissance de l’Etat moscovite sur la plan internat. Les succès de l’artillerie russe ont un immense impact en Occident, où l’apparition d’une telle nouvelle puissance sème l’effroi. Dans les régions baltiques, le conflit prend une tournure internat. Coalition Suède/Pologne/Lituanie que Ivan IV n’arrive pas à renverser.
- ds un autre contxt, l’Etat moscovite dvp des relations commerciales avc l’Angleterre, signe un traité au Danemark, et une armistice de 20 ans avc la Suède.
- nb missives à Elisabeth Ier d’Angleterre, au roi de Suède Jean III, au roi de Pologne Etienne Báthory + récits des étrangers qui relatent le talent diplomatique d’Ivan IV.

===} Tant les réorganisations intérieures qu’ extérieures permettent l’affirmation de l’Etat moscovite Co gde puissance orientale sur la plan internat. Moscou devient un centre de gde envergure ds le concert européen.

Mais, Co nous l’avons fait remarquer au tte à l’heure, malgré ces réformes et la place de plus en plus importante que gagne l’Etat Moscovite, le règne de Ivan est celui de la terreur et de la violence. Cette idée est souvent rapporté à la création de l’Opritchina. En 1565, Ivan Iv opère une division des territoires de l’Etat moscovite: la plus grande partie « zemchtina » (qui signifie terre/pays) conserve une administration normale. Mais l’opritchina (la réserve) est désormais un territoire où s’exerce le pouvoir impitoyable et sans limite du tsar. Cette opritchina déclenche la polémique et nourrit l’image du tsar « terrible ». Elle est l’expression la plus aboutie de ce pouvoir absolu. Ce territoire est littéralement un territoire de réserve, il doit permettre d’assurer l’entretien de la nouvelle cour et de la troupe. Ce pouvoir sans frein exercé par Ivan IV était encore inconnu en Russie. La création de ce territoire relève d’une véritable exigence du tsar qui était allé jusqu’à menacer de quitter le pvr si la division n‘était pas effectuée. Les quartiers de l’opritchina sont construits en face du Kremlin, Ivan IV s’entoure als de nouveaux conseillers, surnommés « la troupe satanique ». L’historien Constantin Kaveline voit en l’opritchina « la 1ère tentative pour créer une noblesse de service vouée à remplacer l’ancienne noblesse patrimoniale fondée sur la sang, et pour faire entrer le mérite personnelle dans la conduite de l’état ». La création de ce territoire implique par ailleurs la création d’une troupe d’élites, les opritchini qui sont totalement dévoué au tsar. Vêtus de noirs avc une tête de chien accrochée à leur selle de cheval, ils semaient la terreur dans la population (Alexis Basmanov, Athanase Viazemsky, Maliouba Skouratov). Ces opritchini se livrent à de violentes répressions, des purges, des meurtres ds le but de briser l’ancien système qui ne convient plus à Ivan IV. On dénombre aujourd’hui environ 10 000 victimes de ce régime de la terreur. Celui-ci a eu pr conséquence de mettre à mal l’économie russe, certains paysans ayant du migrer, le commercer ayant été anéanti: le pays est vite ruiné par ces excès.

b- Naissance d’une véritable civilisation moscovite

Ivan Iv est un perso avc une double personnalité, d’un côté il y le tsar terrible qui veut imposer son autorité, et de l’autre l’ho instruit, imaginatif et intéressé par l’art. Il reconnaît lui-même cette double personnalité en énonçant ds une des ses missives: « Co être humain, je suis mauvais, je suis le dernier des pécheurs, mais Co tsar je suis parfait ». Sa politique s’en ressent, tiraillé entre une pratqiue tyrannique et moyenâgeuse du pvr, un fanatisme religieux et l’influence de la Renaissance en Europe Occidentale.
On peut alors se demander s’il y a eu une Renaissance russe sous Ivan IV parallèlement à celle des pays occidentaux.
Il paraît difficile de donner une réponse claire à cette question. Si parler d’une véritable Renaissance, d’un retour à l‘Antiquité ne semble pas approprier ici, il n’est cependant pas à oublier l’influence qu’a pu avoir cette période sur l’Etat Moscovite.

Ainsi, le règne d’Ivan IV, marquée par de nb réformes, correspond aussi au tps de la recherche d’un fondement idéologique pour la construction de l’empire. La théorie de Moscou 3ème Rome est codifié ds les 1560’s grâce à la bénédiction du métropolite Macaire, ho très influent pr Ivan. De plus, Co ns l’avons fait remarquer précédemment, Ivan est un ho très cultivé, savant, qui possède une riche bibliothèque. C’est paradoxalement pdt le règne de la terreur que que la civili moscovite va prendre forme. On peut également faire remarquer les correspondances entre Moscou et les pays d’Europe Occ qui au XIII et XIV édifièrent aussi des Etats centralisés.
La religion tient une place de premier rang dans la civili moscovite. Aucune transgression n’était permise, Co en témoigne les violentes luttes vs les doctrines hérétiques à Novgorod et à Moscou) (de plus, on l’a dit pvr divin fonde et légitime l’autorité du tsar). Mais la civilisation moscovite se fonde aussi (et c’est une image encore très importante ds la pensée commune d’ojd) su le tsarat. Ivan IV se fait couronner tsar, ce terme vient du nom « César » en référence à Auguste. Moscou se veut l’héritière de la vieille Israël, ainsi, Ivan IV fonde son pouvoir sur l’Ancien Testament et notamment le Livre des Rois pour justifier sa politique. Durant tt son règne, il aura eu la conviction inébranlable que la Bible parle de lui et par sa bouche.

Mais le fait le plus marquant des influences occidentales en Russie à cette période est peut-être l’arrivée de l’imprimerie, arrivée bien tardive cependant. Alors que la 1ère imprimerie arrive en France en 1470, et qu’en 1500 on en compte déjà 300 en Europe, le premier atelier d’imprimerie arrive à Moscou ds le milieu des 1550’s avc Fedorov. Le retard de la Russie est als considérable en matière d’imprimerie, le Nouveau Monde est même en avance, le 1er atelier au Mexique ouvre en 1544. On découvre de plus en plus d’erreurs de copies ds les livres saints ( pas bcp d’écoles), l’imprimerie se pose als Co recours à ces erreurs. Si l’imprimerie apparaît Co la preuve d’une ouverture considérable sur l’Europe, il ne faut pas oublier le fait que l’imprimerie reste assujettie à l’Eglise, ttes les publications ont un caractère religieux. Certains historiens font alors remarquer que le retard (évoqué not ds la partie II) ne diminue pas mais au contraire s’accentue. Ainsi, l’imprimerie se limite principalement à la publication de traduction de txts religieux en slavon. Alors qu’en Europe, l’imprimerie est un instrument essentiel ds la circulation des idées et permet l’extension d’une véritable révolution de pensée (humanisme…), en Russie, le changement se cantonne à un aspect seulement quantitatif. Tte litt profane est jugée hérétique, Co l’œuvre d’Emmanuel Ben Jacob Le Chestokryl (description astronomique).

c- L’influence de la Renaissance européenne: Maxime le Grec et le métropolite Philipe
Ainsi, une véritable civili moscovite se dvp parallèlement à la Renaissance européenne. Mais malgré ces influences, Ivan IV ne remet pas en question sa pratique Moyenâgeuse su pvr. Les nouvelles techniques telle l’imprimerie deviennent un moyen supplémentaire d’exprimer l’éloge dithyrambique du tsar et de Dieu.

Néanmoins, 2 ho incarnent la Renaissance et ses idéaux: Maxime le Grec et Filipp le Métropolite.
Maxime Le Grec: il est originaire d’Astra, ville de l’Epire en Grèce. Il étudie au monastère St Marc de Florence. Il est appelé par le prince russe Vassili III en 1516 pour traduire en slavon des livres liturgiques dt la trad du grec est imparfaite (Le Paustier).
Il écrit de nb txts Co prédicateur. Maxime le Grec a eu un rôle inestimable en Russie: tt d’abord il est le 1er à rapporter la découverte de l’Amérique (20 ans après), mais surtt il fait pls séjours en Albanie, à Corfou, Florence et Paris. Il incarne l’intérêt occidental pr l’Antiquité et les nouveaux courants de pensée qui émergent à l’Ouest. Sa cellule du monastère St Simon devient un lieu de rassemblement des moscovites lettrés qui s’y entretiennent des « livres et coutumes de Tsargrad ». Ce petit groupe ressemble aux cercles de la Renaissance qui se dvp ds les gdes villes. De la même manière, Maxime le Grec cristallise l’intérêt pr l’Occident. A cette époque bcp d’étrangers affluent à Moscou porteurs de la civili européenne qui suscite petit à petit l’émergence d’une timide curiosité pr la science et la cult latine. Grâce à un talent littéraire exceptionnel, Maxime le Grec s’entoure de religieux et laïcs à l’esprit ouvert, et donne des conseils à Fedorov. Ho qui crée la polémique notamment sous Ivan IV. Dans son Sermon, il dénonce les gvts injustes et cupides qui oppriment la population.
Pour Maxime le Grec, le gvt idéal serait celui qui aurait trouvé un équilibre entre pvr temporel et spirituel, où le pvr du prince serait soumis à une loi morale suprême

Le Métropolite Filipp Il devient métropolite à la demande d’Ivan Iv. le métropolite Philippe, moine savant et grand esprit humaniste, et le monde archaïque d'Ivan. Philippe était un obstacle pour Ivan IV , car il incarnait une vérité absolue, une vérité religieuse qui l’encombrait et concurrençait la sienne. C’est un homme de la Renaissance. Il était non seulement ingénieur, mais aussi un brillant inventeur et un architecte.


Nolwenn

Messages : 1
Date d'inscription : 04/12/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum